Les Maires de Sixt

Maires

La commune de SIXT-sur-AFF manque tragiquement d'archives. Les archives sont en effet la vie passée de la commune et l'histoire de ses racines. Comme le dit un vieil adage : « Celui qui oublie ses racines, perd une partie de son âme ». Cet adage évident pour chaque être, l'est encore plus pour une commune. Certains élus, bousculant ce principe ont permis que les archives municipales soient déménagées, voire pire, qu'elles soient détruites.

Il en a été de même pour les archives religieuses et tout particulièrement pour les Registres de Baptêmes, Mariages et Sépultures, les ancêtres de notre Etat-Civil. En effet, avant la Révolution, c'est l'Église qui tenait seule ces registres.

Heureusement l'État-Civil (postérieur à la Révolution) est conservé à la Mairie. C'est donc en feuilletant méthodiquement ces Registres que j'ai établi partiellement ce tableau. Je l'ai complété grâce à certains registres de Conseil Municipaux conservés également en Mairie.

Ce tableau pourra être complété ou amélioré grâce à la découverte ultérieure de documents. Il aura tout de même le mérite d'exister.

 

 

 

LA CRÉATION DES COMMUNES
La commune dans sa conception actuelle, est née de la Révolution de 1789. Plusieurs étapes ont balisé son organisation :
- La loi du 14 juillet 1789 créa 44.000 communes, correspondant aux Paroisses de l'Ancien Régime.
- En 1848 (2ème République), le principe de l'élection au suffrage universel des Conseillers Municipaux est adopté.
- Le 5 avril 1884 (3ème République), la « CHARTE DES COMMUNES » structure le fonctionnement et la gestion des collectivités locales, fondement de l'actuelle administration municipale.

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE
« L'après-midi du 14 juillet 1789, après la Prise de la Bastille, le prévôt des marchands de Paris Jacques de Flesselles fut fusillé par la foule sur les marches de l'Hôtel de Ville. Au Moyen Âge les prévôts des marchands symbolisaient l'indépendance de Paris. Ils allèrent même jusqu'à s'opposer ouvertement au roi Charles V, aussi, le roi de France finit par supprimer leur fonction. Elle fut ensuite rétablie sous une forme totalement contrôlée par le pouvoir royal. Les prévôts des marchands n'apparaissaient plus que comme une représentation locale de la monarchie et en aucune façon une émanation de la volonté populaire.
Suite à cet évènement une « Commune de Paris » fut immédiatement mise en place pour remplacer l'ancienne charte de la ville de Paris qui datait du Moyen Âge. Pour protéger la ville de toute manœuvre contre-révolutionnaire on monta une garde municipale. Plusieurs autres villes de France suivirent rapidement l'exemple et de nombreuses autres communes dotées d'une garde municipale virent le jour. Le 14 décembre 1789 l'Assemblée nationale vota une loi créant les communes désignées comme la plus petite division administrative en France. C'est ainsi que l'on a officialisé des entités crées ex nihilo et autoproclamées.
L'œuvre de l'Assemblée nationale fut, au sens propre du terme, révolutionnaire car en plus de transformer les chartes des cités et des bourgades elle a érigé en commune toutes les anciennes paroisses du pays. Les révolutionnaires étaient imprégnés d'idées cartésiennes et par la philosophie des Lumières. Ils souhaitaient tirer un trait sur le passé et bâtir une société nouvelle où chacun serait l'égal de l'autre et où la raison l'emporterait sur la tradition et le passéisme. Aussi mirent-ils en place des divisions administratives strictement identiques dans tout le pays. La totalité du territoire français fut divisée en départements eux-mêmes divisés en districts, cantons et communes. Toutes ces communes avaient exactement le même statut. Elles recevaient un conseil municipal élu par les habitants et un maire pour la diriger. Une maison commune, la mairie, devait être construite afin d'accueillir les réunions du conseil municipal ainsi que l'administration municipale. Certains membres de l'Assemblée nationale étaient opposés à une telle fragmentation du pays mais au final, ce fut la proposition de Mirabeau qui l'emporta : une commune pour chaque paroisse.

Le 20 septembre 1792, le registre des naissances, des mariages et des décès qui était tenu jusqu'alors par le curé de la paroisse fut mis sous la responsabilité du maire ».

 

 

 

LA COMMUNE DE SIXT, PUIS SIXT-SUR-AFF, ET SES MAIRES.

Selon tous les sondages, il est incontestable que les deux élus les plus connus des Français sont leur Maire et le Président de la République. Ce sont également ceux qu'ils considèrent le mieux, même si, à cette dernière affirmation, il convient d'apporter certaines nuances bien légitimes.

Plutôt que de me limiter à lister tous les Maires de SIXT et leurs dates de début et de fin de mandat j'ai préféré évoquer avec vous les Maires dont les noms vous diront peut être quelque chose.

Essayons donc de visualiser cette notoriété de nos élus en examinant par sondage la liste des anciens Maires de SIXT.

Le premier Maire de SIXT s'appelait Louis-Claude LEMARCHANT. Son nom apparaît pour la 1ère fois, le 24 prairial an 1 (12 juin 1793), sur un acte de Mariage. On sait que le 5 prairial an 2 (24 mai 1794), il faisait partie du Comité de Surveillance. Sa dernière apparition eut lieu également sur un acte de Mariage daté du 30 germinal an 5 (19 avril 1797).

Au moment du passage du 18ème au 19ème  siècle, le Maire était un certain M. Jean-Julien LEBEAU, qui sera remplacé le 29 janvier 1816 par un 1er M. MORAUD de CALLAC.

Au milieu du 19ème siècle, du 16 janvier 1856 au 9 novembre 1859, jour de son décès, le Maire s'appelait Emmanuel ONFFROY de la ROSIERE.

Du 22 mai 1871 au 5 mars 1893, un 2ème M. MORAUD de CALLAC est Maire de SIXT, il s'agit d'Alphonse, Clément, Adolphe. Il fut Préfet de la Nièvre et également du 5 janvier 1888 jusqu'à sa mort, Sénateur de l'Ille-et-Vilaine.

Au moment du passage du 19ème au 20ème siècle, le Maire était M. Louis RENARD. Il avait comme adjoint le Docteur Emmanuel ONFFROY de la ROSIERE qui décéda le 6 juin 1909. Il fut un bienfaiteur pour la commune et plus particulièrement pour le Bureau de Bienfaisance à qui il donna sa maison, le Manoir de la Cour de Sixt.

Le 20 août 1920, le Maire était Monsieur Pierre DENIS. Cette date revêt un caractère assez important pour notre commune puisqu'il s'agit du jour où le Conseil Municipal de SIXT a décidé de transformer le nom de notre commune qui devient : SIXT-sur-AFF

Du 4 septembre 1927 au 19  décembre 1943, un 3ème MORAUD de CALLAC est Maire de SIXT, il s'agit d'Alain. Il naquit le 9 octobre 1866 et mourut, plus que centenaire, le 21 mars 1970.

Permettez-moi de vous poser deux questions très simples : de tous les anciens Maires et Adjoints aux Maires, quels sont ceux qui sont restés dans nos mémoires ? Et, pourquoi ?

Lire la suite...

 
 

boutons raccourcis accès

 ico_accueil    ico_contact    ico_plan_site

MAIRIE

Mairie Sixt sur Aff

2 rue Onffroy de la Rosière
35550 SIXT Sur AFF

Tél. 02 99 70 01 88
fax: 02 99 70 08 10

mairie.sixt@orange.fr
 

du lundi au vendredi
9h00 - 12h30  14h00 - 17h30

samedi
9h00 - 12h00

Mémento

Cabinet médical :
02 99 70 02 77

Cabinets infirmiers :
02 99 70 07 36

Kinésithérapeute :
02 99 70 04 30

Ambulance de l'Aff :

02 99 70 07 22

Pharmacie DRION :
02 99 70 03 34

Chambre funéraire de l'Aff

02 99 70 02 17

Gendarmerie :
02 99 34 40 89

Correspondant presse
Ouest-France :

Rédaction
02 99 70 32 70

Les infos :

Rédaction
02 99 71 64 00

Agence postale communale
02 99 70 02 73

École Sainte Anne
02 99 70 04 47

École Michel Serrault
02 99 70 06 43

Résidence personnes âgées
02 99 70 08 80

Médiathèque
02 99 70 04 21

Presbytère

Sixt sur Aff
02 99 70 02 49

Pipriac
02 99 34 41 75

Notaire
02 99 70 01 91